Changer d’altitude…

A quelle altitude naviguez-vous ?

Thème : Progression personnelle

Titre : Changer d’altitude

Auteur : Vous cherchez un médecin renommé, aventurier dans l’âme et philosophe qui plus est ? Ne cherchez plus, Bertrand Piccard fera largement l’affaire ! Digne descendant d’aventuriers du ciel, c’est avant tout à travers ses expériences en ULM (Ultra-Léger Motorisé) qu’il se mue en véritable passionné des airs. Le tournant vers la montgolfière sera un tournant pour lui, jusqu’alors porté par son moteur, il devient un voyageur au gré des vents. Après 2 tentatives avortées, il réussira même la prouesse d’un tour du monde en montgolfière en 1999, du jamais vu jusqu’alors.

Prenons de l'altitude... Photo Goulven Le Bahers
Prenons de l’altitude…
Photo Goulven Le Bahers

Son aventure « Solar Impulse » débute en 2003 : l’idée est de faire voler un avion uniquement grâce à l’énergie solaire. Aujourd’hui ce projet est passé dans le très concret, étant donné que les étapes Abu Dhabi – Hawaii sont déjà des réussites, avec un avion de 72m d’envergure ! Pour info un Boeing 747 s’étend sur « seulement » 68m. A suivre pour le reste du tour du monde en 2016 ! Plus d’informations sur le site solarimpulse.com

Bertrand Piccard est un adepte avéré de l’hypnose, qu’il emploie dans son métier au quotidien, mais également lors de ses longues étapes éprouvantes dans les airs. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le « comment devient-on pionnier de l’aéronautique », je vous conseille d’aller faire un tour sur son site.

Date de parution : 2014

Encore une fois un livre qui déborde un peu du Personal MBA…cependant je n’ai pas pu résister, il fera bien partie de ma liste de livres de développement personnel favoris ! Bon on y parle un peu d’aviation, je le concède, mais les conseils sur notre façon de mieux vivre sont nombreux et percutants.

Nombre de pages : 293 pages

Temps de lecture : environ 6h.

L’idée en moins de 60 mots : Comme en aviation, se laisser porter par les vents est beaucoup plus simple que de lutter contre et de s’entêter à vouloir tout maîtriser. Prendre des risques, lâcher du lest, aller vers l’inconnu, se dire « crise = opportunité » : les chemins vers la liberté sont vastes. Soyons pleinement acteur de nos vies, en trouvant les bonnes questions plutôt que les bonnes réponses.

3 meilleures citations :

« Une crise est une possibilité d’aventure offerte par la vie et que l’on refuse, par peur de perdre le contrôle. »

« Il n’y a pas de performance, d’efficacité, de véritable capacité de décision et d’action sans la liberté d’abandonner ses convictions, de raisonner en dehors de tout ce que nous avons appris, de tout ce qui nous a conditionnés à être ce que nous sommes. »

« Si par ton geste, ta parole ou ton regard tu permets à un homme de s’élever, alors tu fais un acte d’amour. »

Notes :

Facilité de lecture : 9/10 – beaucoup d’illustrations, de parallèles avec l’expérience d’aviateur de l’auteur. Agréable à lire donc.

Dans la tendance actuelle : 9/10 – l’hypnose est un sujet plutôt tendance. Le « control freak » ou encore la volonté de tout contrôler en est un autre. B. Piccard les aborde tous les deux et je pense que cela suffit à dire que ce livre est bien dans la mouvance des idées actuelles.

Pertinence / Originalité des idées développées : 8/10 – que l’auteur fasse part de son expérience forte en situations parfois extrêmes est de mon point de vue un élément fort de ce bouquin !

Applicabilité des conseils : 8/10 – même si l’on reste parfois un peu dans la théorie des idées développées, les sujets abordés nous touchent au quotidien. Et on pourra bien sûr faire des expériences personnelles suite à notre lecture. Alors, on y va ?

Note globale : 8,5/10

3 actions retenues :

Adopter les points de vue opposés : toute notre enfance nous avons adopté le point de vue de nos parents (pour la plupart), aujourd’hui peut-être celui de nos proches, enfin surtout celui de la société dans laquelle on baigne. La vraie liberté ce n’est pas simplement de dire ses pensées haut et fort. C’est avant tout de pouvoir choisir le point de vue que l’on adopte. Pour cela il est essentiel de se placer ne serait-ce que quelques instants dans les différentes positions possibles (point de vue opposé notamment,…), avant de choisir la « chaise » qui nous convient le mieux.

Lâcher du lest et tenter une expérience similaire à la montgolfière : pour arriver à destination, il n’y a pas que le chemin le plus court, celui qui bien souvent nous fait passer à côté d’opportunités extraordinaires. Il y en a plein d’autres, qui recèlent très souvent des surprises enrichissantes et heureuses. Laissons-nous donc mener un peu plus par la vie et ses courants que l’on ne peut maîtriser.

L’hypnose : le remède miracle ? La technique de l’hypnose permettrait bien des progrès dans la maîtrise de soi ou encore pour accomplir des choses soi-disant impossibles pour nous. Alors j’ai clairement envie d’y mettre un premier pied, voir ce que cela peut donner. A suivre et à creuser !

Synthèse :

En voulant tout contrôler…on ne maîtrise plus rien

C’est une fâcheuse habitude, dans notre société occidentale, de vouloir tout contrôler, de la quantité exacte de calories qui se retrouvent dans notre assiette jusqu’au signe astrologique et au revenu mensuel de notre futur prince(sse) charmant(e)… Comment peut-on alors obtenir de la nouveauté dans tout cela ? Comment peut-on innover et progresser durablement ? Comment peut-on faire des expériences impromptues et enrichissantes qui nous marqueront toute notre vie ? On se cantonnera malheureusement à notre environnement initial, sans lâcher prise. C’est ainsi que l’on dépense une énergie folle qui ne nous permettra pas de toute façon d’avoir une emprise si forte que ça sur la vie au quotidien…

Alors plutôt que de gaspiller bêtement toute cette capacité personnelle, développons au contraire une capacité à gérer les aléas, à rebondir, à nous remettre en cause en permanence. On pourra également « lâcher du lest », comme dans une montgolfière : en listant les activités de notre quotidien, je suis certain qu’on pourra en mettre de côté quelques unes… De manière à en favoriser d’autres, ou tout simplement à étaler un peu plus celles que nous comprimons à l’excès.

L’hypnose, pas que pour Harry Potter ?

Etant moi-même ignorant de cette discipline, l’hypnose, mon objectif sera donc de m’y plonger un peu plus ces prochains mois. Cependant on peut quand même en dire quelques mots, sur les bénéfices obtenus notamment.

Ne rêvons-nous pas tous de pouvoir nous endormir sur commande en quelques poignées de seconde ? Ou encore de réaliser des tâches qui nous semblent trop lourdes au quotidien ? N’est-il pas libérateur de se débarrasser de phobies ou blocages psychologiques simplement par le biais d’une prise de conscience ? L’hypnose permettrait tout cela, et bien plus simplement qu’on ne pourrait le croire, en imaginant par exemple toute une thérapie chez notre psychologue préféré…et la facture associée !

Alors si vous aussi vous voulez vous laisser tenter par l’hypnose, n’hésitez pas à me faire part de vos expériences !

Les maths sociales par Bertrand Piccard : 1 + 1 = 3

Au départ M. Piccard n’est pas parti sur des études en mathématiques vous me direz…enfin rien de critique dans mon titre, plutôt une vision très constructive et positive des choses de la part de l’auteur. De la même façon que nous pouvons échouer dans une impasse avec un échange perdant-perdant, où chacun n’atteint pas ses objectifs, on peut tout à fait se trouver dans une zone où les exigences de chacun sont satisfaites. L’important est donc de trouver cette zone, qui semble bien utopique si l’on en reste à quelques mots jetés sur du papier…

La 1ère étape consiste donc à s’intéresser au « pourquoi » d’une personne, plutôt que le « quoi ». Je m’explique, car oui c’est plutôt obscur jusqu’ici. Dans une discussion « habituelle » où l’on échange les derniers potins croustillants, les nouvelles du front ou encore les prévisions météorologiques pour les jours qui suivent, on ne s’intéresse qu’au « quoi » : que s’est-il passé ? que penses-tu de… ? que voudrais-tu faire ? Par cette voie là on mettra un temps fou à découvrir quelle personne nous avons vraiment en face de nous et surtout nous pourrions voir en elle une image que notre cerveau crée, différente de la réalité. D’où certains malentendus qui tournent mal parfois…enfin on en restera là !

Nous allons donc chercher à nous intéresser au « pourquoi » de cette personne : qu’est-ce qui explique la réaction que nous avons observée ? qu’est-ce qui explique son point de vue sur tel sujet ? etc… C’est par cette voie là que nous pourrons tisser des liens forts avec une personne et se mettre facilement et rapidement à sa place dans une situation. On pourra ainsi prévoir ses attentes, nous adapter et faire se rejoindre nos objectifs personnels. Je n’en dirais pas plus : la meilleure voie reste alors la pratique !

La suite, dans une relation qui se veut bénéfique pour tous, passe beaucoup par la communication. Une communication efficace, pour rendre le travail préalable effectif : on passera donc par des recadrages, ou changement de point de vue de manière à offrir de nouvelles solutions qui pourraient mieux convenir à tous  (en se focalisant uniquement sur le positif d’une situation par exemple). On pourra également utiliser des métaphores, de manière à toucher le plus profond de chacun et de ne pas « agresser » verbalement une personne. Enfin la métacommunication est encore une voie de « bonne communication », très factuelle, qui consiste à rappeler les points de vue de chacun en toute transparence ou à décrire la situation en cours, de manière à établir une base d’échange identique : « on est tous là pour trouver un accord sur la garde de Winny l’Ourson, c’est bien ça ? ». On évite ainsi tout désaccord ou dispute lié à une compréhension différente de la discussion.

La crise, j’en veux encore !

Qui a dit qu’une crise n’était pas bénéfique ? On ne pourrait que ressortir affaibli d’une crise ? Effectivement si l’on est tombé très très (très ?) bas, on aura du mal à s’en remettre. Cependant en adoptant une attitude positive : débriefing sur les erreurs commises, projection vers l’avenir, analyse des manques et progrès à accomplir, on peut très bien transformer une crise (professionnelle, sentimentale, familiale, financière,…) en un tremplin pour la suite. En chinois l’idéogramme du mot « crise » est composé de la notion de risque ainsi que de celle d’opportunité. Eh bien prenons appui sur cette vision là : une crise est un départ du point bas vers un sommet à gravir pour voir plus haut, plus loin et avancer dans nos vies. Bertrand Piccard dit également qu’ « Une crise est une possibilité d’aventure offerte par la vie et que l’on refuse, par peur de perdre le contrôle. » On rejoint le choix de lâcher du lest : cela pourra effectivement nous amener à devoir surmonter quelques crises supplémentaires, mais pour notre bienfait à l’échelle d’une vie entière !

Conclusion : Une très belle leçon de vie tirée par notre compagnon, le temps d’un livre, Bertand Piccard. Bon OK il est suisse, mais finalement il ne s’en sort pas si mal… Je plaisante bien sûr. Ce bouquin vaut vraiment la peine d’être lu. Si on ne me l’avait pas offert, je n’aurais certainement pas eu cette chance. Ou alors bien plus tard ! Alors en gros, laissons un peu venir la vie à nous plutôt que l’inverse. Beaucoup de choses nous impactent. Positivement ou négativement. Une grande partie est bonne à prendre, notamment dans la partie « négative ». Construisons sur les aléas de la vie plutôt que de lutter contre. Et puis aidons nous, entre êtres humains, au lieu de nous freiner. Un petit effort de communication suffit bien souvent…

4 pensées sur “Changer d’altitude…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *